M i c h è l e   B A R A N G E

     

Cliquez sur les vignettes pour les agrandir


Vues d'ensemble ici





Sur une dizaine de palimpsestes orangés


Peintures de Michèle Barange


Les toiles orangées de Michèle Barange déploient une séduction étrange. Elles sont abstraites mais douées de la sensibilité concrète d'une terre glaise dressée vers le ciel.
Elles paraissent d'abord des relevés de fouillis d'empreintes sur un sol argileux, mélange d'une nature à la fois en gestation et en décomposition; mais ce panorama intime d'une vue plongeante sur le sol, à nos pieds, est dressé verticalement en panneaux fiers, et voilà que leur fraîcheur hardie contredit l'horizontalité placide du sol.
Epaisse paraîtrait la matière de ce sol érigé, lourde, têtue; mais en même temps les couches de cette terre argileuse sont pénétrées d'air et de lumière, si bien que chaque tableau paraît n'exister qu'en surface. De la sorte, ces tableaux offrent le spectacle de leur hésitation entre surface et profondeur.
Regardons-les encore, nous sommes intrigués. Nous sentons maintenant un mouvement dans ces empreintes argileuses : c'est celui de la lumière, d'une sorte d'excitation de la lumière, jubilante, qui remue la terre.
Est-ce bien la lumière seule qui agit ? Des masses bougent aussi, dans une rotation lourde et lente. Et l'on reconnaît bientôt, émergeant de l'épaisseur et de la mémoire, dans ce tableau un torse, dans cet autre tableau une effigie humaine, dans cet autre une momie, ici un torse encore, là un accouplement lourd de grands animaux. D'où viennent ces "figures" qui échappent à la forme ?
Ou n'est-ce pas plutôt qu'elles n'ont pas encore de formes ?
Or la plupart de ces tableaux sont composés de trois bandes, le plus souvent horizontales. Sur les trois, une se présente légèrement inaboutie, informelle, comme pour signifier une sensibilité et un "dessin" hésitants. On voit alors beaucoup mieux que ces empreintes de terre glaise insufflées de lumière, en présentant les empreintes de figures à venir, montrent le cheminement du temps.


Yves Bergeret




sommaire